Le Japon en jeux

Ça commençait à faire vraiment longtemps que je n’avais rien écrit ! Je suis de retour en France, et entre les derniers jours chargés au Japon et la reprise d’une vie « normale », le temps et la motivation étaient devenus des denrées rares.

Alors pour me relancer tranquillement, voici un petit sujet ludique : je vais évoquer quelques jeux (de société et vidéo) sympathiques ayant pour sujet ou contexte le Japon. Ce n’est pas parce que je n’y suis plus que je ne peux plus en parler !

Moi au combat contre la flemme.

Moi au combat contre la flemme.

Il ne s’agit évidemment pas d’une liste exhaustive, à peine peut-on parler de suggestions. Ce sont juste des jeux auxquels j’ai joué, parmi tant d’autres, et que j’ai trouvé amusants. Il en existe plein d’autres !

HANABI

Commençons par un tout petit jeu, léger, rapide et original : Hanabi. Un jeu qui a eu un tel succès que quand j’ai voulu l’acheter il y a deux ou trois ans il était en rupture de stock totale et absolue.

Il s’agit d’un jeu de cartes dans lequel chaque carte représente une « étape » d’un feu d’artifice (« hanabi » en japonais). Les joueurs doivent abattre les cartes dans le bon ordre pour tenter de constituer des feux d’artifices complets. Ça paraît basique, mais l’originalité du jeu vient de deux éléments atypiques : les joueurs ne s’opposent pas mais coopèrent, et chaque joueur tient ses cartes face vers l’extérieur, chacun connaît donc les jeux de tout le monde sauf le sien ! Heureusement, quelques indices bien précis sont autorisés, et c’est à partir de ceux-ci que les joueurs doivent tenter de comprendre laquelle de leurs carte ils doivent abattre. Mais les indices sont limités, il faut donc faire preuve du plus de logique possible pour parvenir à constituer un beau feu d’artifice. On se retrouve à angoisser quand le joueur dont c’est le tour semble hésiter à prendre la mauvaise carte, tout en essayant de ne pas le montrer (puisque ça s’apparenterait à de la triche), bref, c’est très marrant.

Bon, je suis peut-être nul pour décrire ce jeu, en me relisant je trouve que ça ne donne pas envie du tout. Mais en réalité c’est vraiment amusant et prenant, on stresse et on s’implique, vraiment bien pour un petit jeu de cartes qui ne paie pas de mine ! Quelques images quand même, qui viennent directement du site officiel Cocktail Games :

JP38-BOX-Hanabi JP38-eclat-900

TOKAIDO

Le second jeu de société dont je voudrais parler a été créé par le même auteur, Antoine Bauza, un fan du Japon qui semble s’attacher à créer des jeux aux règles originales, ce qui n’est pas pour me déplaire. Il a donc créé le magnifique jeu Tokaido, qui se passe sur la route du même nom (la route Tokyo-Kyoto, historiquement la plus importante au Japon).

Si Hanabi ne paie pas de mine, Tokaido est au contraire sublime. J’envoie directement les images, issues du site Fun Forge :

tokaido-boite All_BoxBase

pic1474970_md pic1474980_md

Le graphisme très épuré correspond parfaitement à l’atmosphère du jeu, qui se veut ludique mais reposant : si le but reste tout de même de faire le plus de points possibles, il faut les gagner en allant lentement, en s’arrêtant le plus possible, ce qui permet d’accumuler les points par diverses « activités » : admirer le paysage (et éventuellement peindre petit à petit une estampe du mont Fuji), se plonger dans un onsen, goûter à une spécialité locale, acheter un souvenir… Donc ici, rien ne sert de courir, il faut se faire plaisir.

Ce principe se reflète dans le fait que l’ordre des joueurs n’est pas fixe, mais dépend de la position de chacun : le dernier sur la route est celui qui joue. Toujours. Si un joueur a dix cases de retard sur l’avant-dernier, il pourra jouer dix fois s’il le souhaite (pas d’histoire de dés, on va aussi loin ou aussi près qu’on veut). Original ! Bref, moi, j’adore.

Je vais maintenant passer à deux jeux vidéo, très différents à la fois dans leur type et dans l’amusement qu’ils procurent.

SAMURAI WARRIORS

Le premier est Samurai Warriors. On y contrôle un héros, en l’occurrence un samouraï, évidemment, qui bataille contre des centaines d’ennemis. L’intérêt de ce jeu aux multiples itérations (jeu n° 1, 2, 3, 4, Xtreme Legends, blablabla, etc), jouable sur console et parfois PC, c’est qu’il se passe à l’époque Sengoku, celle où les héros abondaient et s’affrontaient sans cesse, pendant un siècle environ, jusqu’à ce que l’un deux parvienne à la victoire finale (Tokugawa Ieyasu). On est dans le jeu japonais classique, les personnages n’ont donc absolument rien d’asiatique, la moitié d’entre eux sont blonds, les femmes sont soit des bimbo siliconées soit des épouses aimantes. MAIS la mise en scène de l’époque Sengoku est vraiment amusante et fidèle à l’histoire de la période et à ses légendes. On peut même réellement y apprendre des choses sur les liens qui unissaient certains clans ou sur le déroulement de certaines batailles (vérifiez quand même sur wikipedia après…) Donc pour rigoler un peu et devenir fan de Sanada Yukimura, de Honda Tadakatsu ou de Miyamoto Musashi,c’est très cool ! Vous avez d’ailleurs exactement le même (vraiment copie conforme) en Chine pendant les « 3 royaumes » avec la série Dynasty Warriors.

Quelques images tirées de google :

Samurai_Warriors_4_a 1432505458-5771-noelshack-capture-d-ecran

A gauche, admirez Oda Nobunaga. A droite, je ne sais pas trop, peut-être Oichi, sa soeur, épouse d'un de ses rivaux, dans une histoire tragique.

A gauche, admirez Oda Nobunaga. A droite, je ne sais pas trop, peut-être Oichi, sa soeur, épouse d’un de ses rivaux, dans une histoire tragique.

TOTAL WAR SHOGUN 2

Le deuxième jeu est un peu plus « sérieux » : Shogun 2, de la série Total War, une série de jeux culte pour son côté gestion d’empires en parallèle de batailles épiques, avec une reconstitution fidèle des périodes concernées. Cet opus est au niveau des précédents (Rome antique, Occident médiéval, guerres napoléoniennes) et toute la direction artistique, qu’il s’agisse de l’aspect visuel, des musiques ou des sons, est conçue pour nous plonger dans une atmosphère purement japonaise, toujours sur la période Sengoku. Pendant la campagne à la tête de l’un des grands clans qui luttaient pour la suprématie sur le pays, on se prend au jeu, capturant les citadelles adverses, recrutant des ninjas ou des moines guerriers, avec moult détails à découvrir dans l’encyclopédie du jeu. Et les batailles sont extraordinaires, vous permettant de contrôler des milliers de samouraïs et de les voir se battre en gros plan si vous le souhaitez. Un de mes jeux préférés dans une de mes séries préférées.

Kyoto sur la carte du jeu

Kyoto sur la carte du jeu

Une bataille sous les cerisiers

Une bataille sous les cerisiers

Comme vous le constatez avec ce petit aperçu, il est donc très facile de se plonger dans le Japon (surtout médiéval), où qu’on se trouve. 🙂

J’espère que vous avez passé un bon été et que la rentrée s’est bien passée, si vous voulez décompresser, vous savez quoi faire !

(Au cas où, crédits pour l’image de une : hdwallpapers.com)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s