Kaiten Sushi – fais tourner les sushis

Hey !

Hier, des amis, des amies, ma copine et moi-même sommes allés manger dans un kaiten sushi, ou sushi tournant, à Shibuya.

Imaginez les cris d'horreur de crevettes témoins de la scène...

Imaginez les cris d’horreur de crevettes témoins de la scène…

Il s’agit d’un restaurant où les sushis sont servis de manière continue par les chefs, qui disposent les petites assiettes sur un tapis roulant leur faisant effectuer un circuit autour des tablées. Les clients piochent donc sur le tapis roulant selon leur envie du moment ! Détail à connaître absolument au risque de se retrouver avec une addition un peu trop salée : le prix de chaque met est indiqué par la couleur de l’assiette. Lire la suite

Publicités

Exception culturelle 1 : BD – Manga

Coucou,

Le prétexte de ce blog est le voyage au Japon, mais comme j’ai aussi envie de parler de divers sujets qui me tiennent à cœur, je me propose aujourd’hui une exception à la règle, exception dont le thème sera culturel. D’où le titre. (Et pour ceux qui ne le savent pas, l’exception culturelle est un concept à la base, en gros, d’une sorte de protection du marché culturel de la part des Etats, pour protéger et promouvoir leur propre culture et donc encourager la diversité culturelle mondiale. Ça a de bons côtés, d’autres moins bons, bref.)

Moi, j’aime beaucoup la bande dessinée, et pour une transition en douceur, je vais commencer par évoquer mes BD japonaises préférées. Des mangas donc. Je n’en suis pas un lecteur assidu, j’ai commencé assez tard (et surtout par curiosité, parce que j’en avais marre de ne pas savoir quoi répondre aux « hey t’es japonais, j’adore les mangas »), je ne connais pas vraiment de perles cachées, de one-shots atypiques ou autres pépites undeground, je ne peux donc parler que d’œuvres classiques, « mainstream ». Mais je ne vais quand même pas parler que de productions du Weekly Shônen Jump, le magazine de mangas pour ados le plus connu.

Un poster mixant les personnages de divers univers.

Un poster mixant les personnages de divers univers.

Lire la suite

Quand venir au Japon : les saisons

Le jardin de la villa impériale Shugaku-in (Kyoto) à l’automne.

Le climat japonais est tempéré, comme celui de la France, mais connaît des périodes plus tranchées, et est plus difficile à décrire globalement en raison de l’étirement nord-sud du pays. Cependant, les lieux les plus touristiques se concentrent dans l’île de Honshu, qui occupe une position centrale. On peut donc se référer au climat de cette île pour parler des saisons japonaises.

Le lien probablement le plus utile (en anglais), que je redonne plus tard, mais pour ne pas le louper le voici : http://www.japan-guide.com/e/e2273.html

Dans ma vision personnelle des choses, je donnerai peut-être parfois l’impression de dénigrer certaines saisons, mais gardez à l’esprit que c’est par pur perfectionnisme : le Japon présente de nombreux attraits ne dépendant aucunement de la saison à laquelle vous le visitez. De plus, toutes les saisons ont leurs intérêts, et chacune offrira des occasions de s’émerveiller au tribulateur. Mais pour les meilleures conditions, je ne cache pas mes préférences, qui sont totalement évidentes et conventionnelles. Lire la suite

Kamakura en une (petite) journée

Le grand bouddha

Le grand bouddha

Kamakura est une ancienne capitale du Japon, située au sud-ouest de Tokyo, en bord de mer. Avec Nikko, dont je parlerai une autre fois, c’est l’une des concentrations de lieux sacrés et touristiques les plus connues des environs immédiats de Tokyo. Personnellement, j’éprouve une émotion bien supérieure à la visite de Kamakura, capitale du XIIIe siècle, que de Nikko, création plus récente et clinquante (XVIe siècle).

Depuis Tokyo (1h30 de trajet environ), une journée, légèrement marathonienne certes, suffit pour s’imprégner de tout ce qu’il y a à apprécier à Kamakura. Il faut prendre la ligne JR Yokosuka (gratuite pour les détenteurs du JR pass) direction Yokohama depuis Tokyo.

Pour ma part, la dernière fois que j’y suis allé, je ne suis arrivé qu’en début d’après-midi, ce qui m’a empêché de voir deux des temples que je visais, mais si vous ne faites pas la marmotte, aucun problème ! Lire la suite

Prendre le métro à Tokyo

Prendre le métro, ça peut paraître simple. Et dans la plupart des cas, ça l’est. Pour le reste, les guides de voyage et internet fournissent d’amples informations. Mais au cas où, voici quelques conseils. En dernière partie de l’article, je vous prends par la main, si vous avez vraiment peur de ne pas y arriver. Mais vraiment, toutes les machines ont un affichage en anglais, il n’y a rien à comprendre, il suffit de savoir compter (ou même juste lire des chiffres). C’est à se demander pourquoi j’écris cet article.

Le métro de Tokyo est constitué de nombreuses lignes appartenant à des compagnies différentes. Heureusement, les tickets sont valables sur toutes les lignes. En revanche, cela rend l’utilisation des tickets spéciaux (pass à la journée, etc) plus complexe et surtout, il n’existe aucun abonnement ou forfait longue durée. Lire la suite

Ce cher métro

Ce n’est pas mon premier voyage au Japon, mais c’est la première fois que j’y resterai si longtemps, presque un an. L’installation, les démarches administratives, tout ça a été épuisant, mais bouclé rapidement, et j’ai enfin le temps d’écrire un peu.

Ce n’est qu’une fois sorti du contexte touristique que l’on peut toucher du doigt la véritable vie d’un pays, et tenter des comparaisons avec notre vie en France (parisienne en ce qui me concerne). Ainsi, des clichés peuvent se voir confirmés tandis que d’autres s’effacent au profit d’aspects plus méconnus. La serviabilité des Japonais et les avantages pratiques de la vie au Japon sautent rapidement aux yeux. Mais plutôt que d’évoquer ces points souvent traités, de rentrer dans des analyses sociologiques ou économiques, j’aimerais évoquer une chose toute bête qui pourrait presque me donner le mal du pays : le métro. Lire la suite

Atterrissage

Je suis arrivé à Tokyo par un matin d’automne, il y a dix jours. Il pleuvait des cordes : l’un des derniers typhons de la saison nous tombait dessus. Heureusement, les plus gros dégâts s’arrêteront à Yokohama, la deuxième ville de la mégalopole.
Tiens, j’écrirai un petit article sur les saisons au Japon.

Je suis arrivé à Narita, l’aéroport international de Tokyo, situé très loin de la ville. Il me faut donc plus d’une heure et demi de trajet pour rallier mon logement dans le sud-ouest de Tokyo (Narita étant situé, bien évidemment, au nord-est). L’autre aéroport, Haneda, le plus important, récemment également ouvert aux vols internationaux, est bien plus proche. Je ferai un petit article sur les aéroports et manières de venir au Japon depuis la France aussi tiens.

Bref : je suis arrivé.