Quand venir au Japon : les saisons

Le jardin de la villa impériale Shugaku-in (Kyoto) à l’automne.

Le climat japonais est tempéré, comme celui de la France, mais connaît des périodes plus tranchées, et est plus difficile à décrire globalement en raison de l’étirement nord-sud du pays. Cependant, les lieux les plus touristiques se concentrent dans l’île de Honshu, qui occupe une position centrale. On peut donc se référer au climat de cette île pour parler des saisons japonaises.

Le lien probablement le plus utile (en anglais), que je redonne plus tard, mais pour ne pas le louper le voici : http://www.japan-guide.com/e/e2273.html

Dans ma vision personnelle des choses, je donnerai peut-être parfois l’impression de dénigrer certaines saisons, mais gardez à l’esprit que c’est par pur perfectionnisme : le Japon présente de nombreux attraits ne dépendant aucunement de la saison à laquelle vous le visitez. De plus, toutes les saisons ont leurs intérêts, et chacune offrira des occasions de s’émerveiller au tribulateur. Mais pour les meilleures conditions, je ne cache pas mes préférences, qui sont totalement évidentes et conventionnelles.

Je vous le dis tout de suite, j’aborde les saisons dans le désordre, et de manière très générale. Pour plus de détails, il faudra aller plus loin par vous-même (ou éventuellement attendre un prochain article !)

L’hiver

Je commence par cette saison, pendant laquelle on conseille rarement le Japon pour un séjour court. L’hiver est… assez classique, c’est l’hiver quoi. Il est assez rigoureux, il fait froid, plus au nord qu’au sud. On peut skier, dans les « Alpes japonaises » en particulier, et certains paysages enneigés sont vraiment magnifiques. Les températures moyennes à Tokyo oscillent entre 0 et 10 degrés environ (de moyenne, donc avec des extrêmes au-delà).

La neige est « garantie » dans certains  lieux, et peut donner des paysages vraiment magnifiques. Personnellement, je trouve donc très intéressante cette saison peu courue des touristes étrangers, si vous appréciez les paysages enneigés. Gardez à l’esprit que pour beaucoup de lieux touristiques à des altitudes ou des climats ordinaires, voir de la neige reste rare. Mais étant donné la configuration du pays, vous aurez toujours des endroits où vous pourrez aller trouver de la neige. Toujours très utile, un lien sur le site japan-guide : Où trouver de la neige près de Tokyo.

Je conseille donc volontiers l’hiver.

Shirakawa-go sous la neige. ©Agustin Rafael Reyes

Shirakawa-go sous la neige.
©Agustin Rafael Reyes

L’été

L’été japonais est chaud (plus ou moins selon les régions, toujours, bien sûr), et lourd. Il est encadré par deux périodes particulières : la saison des pluies au mois de juin, et la saison des typhons à la fin de l’été (août/septembre voire octobre). C’est la saison des festivals, des feux d’artifices et des jeunes filles en kimono que vous connaissez peut-être par les clichés des manga et autres animes. Pour ma part, ce n’est pas vraiment une saison que je conseille pour un séjour court, mais si vous n’avez pas le choix et que vous souhaitez découvrir le Japon en été, n’hésitez pas, vous aurez largement de quoi en prendre plein les yeux. En termes de températures, celles de Tokyo oscillent entre 18 et 30 de moyenne, avec beaucoup d’humidité.

Hanabi (feux d'artifices) ©eesti

Hanabi (feux d’artifice)
©eesti

Le printemps

Nous y voilà enfin. La saison la plus célèbre, celle qui fait la gloire de l’archipel, dont les pétales de cerisiers en fleur traversent les frontières pour symboliser l’âme du Japon dans l’esprit de tous. Oui, le printemps japonais, qui commence en mars et se termine en mai, est vraiment très cool. Mais… toutes mes excuses, je vais encore faire mon sale perfectionniste : il y a beaucoup de monde, et si vous ratez la période de la floraison des cerisiers, qui s’étend sur peu de temps (une semaine ? deux ?), vous serez triste. Alors, encore une fois, mon conseil ne vaut que par perfectionnisme : même si vous ne profitez pas à fond des cerisiers, vous vous émerveillerez de tout le reste, qui ne dépend pas des saisons. Et si vous participez à un hanami (le fait d’aller admirer les fleurs), même si vous êtes entourés par des milliers de Japonais venus faire la même chose, vous aurez le sentiment d’avoir vécu quelque chose de spécial. Températures moyennes : quelques degrés au mois de mars, jusqu’à plus de 25 au mois de mai.

Les cerisiers fleurissent entre fin mars et début avril dans les régions les plus touristiques (et plus tôt dans le sud, et plus tard dans le nord du pays), voici un aperçu des dates moyennes de floraison sur japan-guide.
N’oubliez pas que cette saison est la plus touristique, que les hébergements et transports seront donc pris d’assaut et plus onéreux. De plus, entre la fin du mois d’avril et le début du mois de mai se déroule la « golden week », une semaine de congés également très courue par les japonais donc à éviter pour le touriste.

Une petite alternative : les pruniers fleurissent plus tôt que les cerisiers (fin février/début mars environ) et sont aussi très beaux.

Château de Himeji et cerisiers. ©Ewan Cross

Château de Himeji et cerisiers.
©Ewan Cross

L’automne

Vous l’attendiez tous, le voilà enfin, le grand gagnant du concours de la meilleure saison au Japon : l’automne ! Vous l’aurez compris, c’est ma saison préférée pour découvrir le Japon. Les températures sont douces, les touristes nettement moins nombreux, et contempler des paysages sublimés par les feuilles rouges des érables est plus facile que pour les cerisiers du printemps, car le processus est plus progressif. De plus, il s’étend sur plusieurs mois selon les points de l’archipel où vous souhaitez les admirer, vous pouvez donc par exemple découvrir les érables de Nikko (au nord de Tokyo) en pleine explosion de couleur puis assister à un spectacle équivalent à Kyoto 3 semaines plus tard. L’automne commence théoriquement en septembre, mais mieux vaut attendre fin octobre, pour éviter le plus possible les typhons. La météo se calme alors et les températures restent douces (entre 7 et 17 degrés de moyenne en novembre).

Il existe de nombreux sites pour suivre la coloration des feuilles et planifier ses excursions en fonction, mais la plupart sont en japonais, comme celui-ci ou celui-là. Pour prévoir un séjour à l’avance, on peut trouver par exemple un tableau assez détaillé à l’adresse suivante.

Automne_1

Conclusion

Pour conclure sur les saisons au Japon, je précise qu’il existe bien évidemment de nombreuses spécificités régionales et locales, la latitude n’est par exemple pas le seul critère d’avancement de la coloration des érables. Ne vous fiez pas à de telles grandes lignes pour planifier un séjour court, partez des points d’intérêt que vous souhaitez ne pas rater et tentez de vous faire un itinéraire adapté au climat local grâce à des guides plus complets (papier ou en ligne) ! Quelques liens utiles pour commencer :

Et bien d’autres qu’une simple recherche google « quand partir au Japon » ou « Japon au mois de … » vous fournira aisément.

Bon séjour à tous ! Venez me voir ! (Pour l’automne de cette année, il va falloir vous presser.)

Publicités

Une réflexion sur “Quand venir au Japon : les saisons

  1. Pingback: Venir au Japon : comment/combien ? | Tribulations bridées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s