Exemple de culture « otaku » : Nakano Broadway

Aujourd’hui je reste un peu dans le même thème que l’article précédent sur les jeux.

Bien qu’étant fermement défini comme un geek par les critères occidentaux, je ne m’intéresse que relativement peu à son équivalent japonais, l’otaku, c’est à dire le fan de dessins animés, de jeux vidéo, etc. Je connais, et j’aime beaucoup les manga, mais ça ne va pas plus loin. Mais cet aspect de la culture japonaise étant très important dans l’image que beaucoup de gens se font de ce pays, j’ai fait un tour dans l’un de ses hauts lieux, histoire de voir : Nakano Broadway.

Nakano_1a

Le quartier de Tokyo le plus célèbre pour son côté otaku et électronique est incontestablement Akihabara, mais je le trouve un peu étouffant. Il y a trop de tout partout, on ne sait pas vraiment où aller si on n’est pas un passionné. C’est certes amusant à faire une fois, le visiteur audacieux pourra même tenter l’expérience du Maid Café et ses soubrettes (et ses omurice hors de prix paraît-il), mais pour moi c’est un peu étourdissant, une fois les premiers instants dépaysants passés, je ne sais pas quoi faire. C’est pourquoi, pour regarder plus tranquillement, j’ai jeté mon dévolu sur le bien moins touristique Nakano Broadway.

Il s’agit d’une espèce de centre commercial comportant uniquement des boutiques de culture otaku : manga, figurines, déguisements, et même quelques trucs un peu plus étranges. Le tout au sein d’une galerie marchande plus généraliste comme les affectionnent particulièrement les Japonais.

Nakanoa

Une fois dedans, je peux bien comprendre que c’est le paradis du fan d’anime et de culture otaku en général : il n’y a que ça. Des centaines de vitrines de figurines, de manga, et de trucs très difficiles à définir qui vont de l’étrange à l’incompréhensible en passant par l’érotique (pour ne pas en dire plus), évidemment. Érotique qui peut facilement être étrange ou incompréhensible, d’ailleurs.

Si on n’est pas fan je peux comprendre que ça puisse mettre mal à l’aise, mais ça peut valoir le coup d’œil, pour un aperçu d’un aspect souvent méconnu de la culture japonaise. En revanche, ça n’aidera pas contre les préjugés, puisque c’est évidemment une concentration du meilleur et du pire, le pire étant souvent ce qui saute le plus facilement aux yeux.

Bref, quelques exemples en photo :

Une boutique stylisée

Une boutique stylisée

Des milliards de figurines

Des milliards de figurines

Une rencontre du troisième type (il y avait aussi un alien plus loin)

Une rencontre du troisième type (il y avait aussi un alien plus loin)

Une rencontre de... je ne sais pas trop quel type...

Une rencontre de… je ne sais pas trop quel type…

Quelques figurines. Le paradis du fan.

Quelques figurines. Le paradis du fan.

Nakano_7a

Voilà, c’était Nakano Broadway, une galerie otaku moins touristique et moins bondée qu’Akihabara, située près de la station de métro « Nakano », dans l’ouest de Tokyo.

A la prochaine !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s